Sébastien nous propose aujourd’hui le test du jeu Asphalt 6 HD, sorti tout récemment et disponible ici sur l’AppStore

asphalt-6-2.jpgCela faisait près de 8 mois que nous attendions que Gameloft nous offre une suite à un Asphalt 5 perfectible. Et enfin le voilà, avec son lot de nouveautés (et de défauts), mais toujours dans cet esprit arcade qui fait le succès d’un jeu où le joueur ne se prend pas la tête a faire la plus belle course mais bien à se débarrasser de ses adversaires… et à survivre.

Asphalt 6 a un deuxième prénom : Adrénaline. Et il est certain que vous en aurez besoin. La base du jeu est toujours la même : on part à plusieurs (6 dans une course normale) et l’on doit dès lors survivre aux assauts des concurrents afin d’arriver dans le top 3, ou mieux. "Survivre" est bien le mot, puisque la violence de certains chocs est tout aussi importante que la qualité des dérapages ou la finesse d’utilisation du boost.

Je suis raide dingue de toi… :

asphalt-6-1.jpg

Typiquement arcade, A6 propose 8 types de courses : duel, normale, sous pression, collectionneur, dérapage, défi chrono, élimination, destruction. Chacun a ses propres règles, toutes aussi barbares et irréelles les unes que les autres. En d’autres termes, un mélange de "Burnout" et de "Need for speed". Autre spécificité que les anti-simulation apprécieront, le nombre de chocs, l’argent récolté à même le sol, les prestations de dérapages,… conditionneront l’avancée dans le jeu. On retrouve effectivement le triptyque "achat de voiture – achat de pièces – stockage dans la réserve". Et malheureusement, accumuler de l’argent ne sera vraiment pas difficile, à tel point que le joueur va rapidement se retrouver avec un garage ultra-complet.

Et ceci est peut-être LE gros point noir du jeu : sa durée de vie. Car si, effectivement, remplir les objectifs secondaires n’est pas des plus évidents, débloquer les nouvelles ligues, les nouvelles cartes et les nouveaux bolides ne sera l’affaire que de quelques heures; 6-8 tout au plus. Et afficher "Carrière 100%" ne relève en rien d’un travail d’Hercule. Heureusement, comme diront les plus grands fans de la série, on retrouvera ici un mode multijoueurs offline (wifi, bluetooth) et online (via le Gameloft Live), ce qui rend la durée du soft potentiellement "illimitée". Le paradoxe d’un très grand nombre de jeux de courses.

Le mode adrénaline permet de combler un (gros) retard asphalt-6-2.jpg

Point noir, toujours, avec un graphisme qui mériterait lui aussi un coup de boost. Si l’iPad n’est pas, bien sûr, la plateforme la plus poussée d’un point de vue visuel, elle est, semble t’il, capable de bien plus de ce que propose Asphalt 6. Décors en carton, gros bugs de collisions, pixellisation affolante sur certains éléments… On aura beau se dire que la modélisation des voitures vaut son pesant, le titre laisse quand même un goût amer.

Une pression Japonaise, s’il vous plait !

asphalt-6-3.jpg

D’autant plus décevant qu’à la différence d’une console de salon, nous sommes ici collés à l’écran, donc à distance idéale pour juger de la qualité d’affichage.

Bref, au-delà de ces quelques points négatifs, A6 a quand même (oui… quand même) son lot de réussites. En premier lieu sa simplicité d’utilisation, liée étroitement aux spécificités de l’iPad. Tourner a gauche ? L’iPad doit pencher à gauche. Tourner à droite ? L’iPad doit pencher à droite. Accélérer ? Pas besoin, c’est automatique.

Mais alors que fait-on exactement dans ce jeu ? Et bien tout le reste, et c’est peu dire. Comme le laisse pressentir le titre et les images, il s’agira en grande partie de gérer sa jauge de boost et d’adrénaline (équivalents en fait). Le déclenchement de ces boosts se fera par simple pression de l’écran, et vous fera monter de plusieurs dizaines de km/h. Encore plus si vous rentrez dans un mode "adrénaline" digne des voyages intergalactiques de Stargate. Sachant, bien sûr, que remplir votre jauge ne se fera qu’au prix d’une adresse dans vos trajectoires, dans la fréquence d’évitement de voitures de tourisme ou dans celle de dezinguage de vos concurrents (en leurs roulant dessus, très jouissif !). Notons que les commandes sont paramétrables, ainsi que la caméra (vue rapprochée, éloignée ou sous la calandre).

Gare à la casse !

asphalt-6-4.jpg

Le joueur est donc totalement pris par la main, et ne devra pas nécessairement éviter de frotter les murs pour s’aider à aborder un virage. Ah, les joies de l’arcade ! Au final, le jeu est une question de compromis entre vitesse, chocs et dérapages, au prix d’un effort de concentration maximale (on peut crasher sa propre voiture dans un mur).

Pour sceller définitivement l’avis de ceux qui brûlent de tester les courses endiablées de A6, précisons que le contenu en lui-même est bien fourni pour un jeu de ce calibre, avec une bonne dizaine de courses et une tripotée de voitures aux écussons renommés (BMW, Nissan, Fiat,…). Voitures que l’on pourra développer en achetant de jolis kits débloqués au fil des courses. Sans grosse difficulté, fut-il utile de le rappeler.

Alors de quel côté pencher ? Celui de la raison, qui vous affichera but en blanc les grosses lacunes du titre, sa faible durée de vie en tète de liste ? Ou celui de la tentation, qui vous affirmera que dans l’océan des jeux de courses, le petit nouveau de chez Gameloft vaut le détour, notamment pour son esprit déjanté et peu enclin au pinaillage des titres de simulation ? Dure équation qu’une piqure d’adrénaline vous permettra peut-être de résoudre…

Le jeu iPad "Asphalt 6 Adrenaline HD" est vendu 5,49 euros ici sur l’AppStore

Et pour compléter le test, voici une revue de détail du jeu en vidéo :

 

D’autres avis sur ce jeu ?

Découvrir de nombreux jeux iPad référencés par VIPad.fr.

Suivez l’actualité iPad sur notre application iPad gratuite, via Twitter, RSS ou notre page Facebook