film-ipad-musee-2.jpgLes tablettes tactiles sont entrées dans le quotidien de nombreux foyers et depuis plusieurs années elles sont également présentes dans le cadre de l’éducation. On a ainsi pu évoquer le déploiement, il y a plusieurs années d’iPad en Corrèze.

Plus récemment, c’est la communauté de commune regroupée autour de la ville côtière de Sanary, dans le Var, qui a décidé d’équiper les élèves de 8 écoles primaire avec 3800 iPad. Nous avons eu la possibilité de les voir en action dans le cadre d’une sortie, "Les petits reporters du patrimoine", mais aussi de rencontrer les professeurs et découvrir le dispositif technique mis en place, sans oublier les réalisations et certaines des applications utilisées.

En route pour une découverte de l’iPad à l’école avec photos, vidéo et soleil !

L’équipement des écoles

Le projet, qui représente plus d’un million d’euros d’investissement, a permis de mettre à disposition des élèves de primaire 3800 iPad Air 2. Ils sont protégés par une Smart Cover aux couleurs de la communauté de commune.

pochette-avec-ipad-releve.jpg

Si les tablettes sont utilisées durant toute la journée par les élèves et les professeurs, le choix a été fait de ne pas les laisser aux élèves le soir lors du retour à la maison. Elles sont alors rangées dans des caisses équipées pour la recharge. C’est aussi à ce moment là que les sauvegardes sont effectuées. La valise créée spécialement permet d’accueillir 31 iPad simultanément.

malle-a-ipad-ecole.jpg

Les entrailles avec l’ensemble du dispositif, dont câbles et chargeurs :

valise-rangement-ipad-ecole.jpg

Chaque professeur est équipé d’un modèle similaire, qui, lui, n’est pas cantonné à l’école, permettant ainsi de préparer les manipulations et contenus au domicile.

Le dispositif est complété d’un tableau numérique interactif. Il est capable d’afficher des contenus comme le ferait une immense télévision, avec en plus un aspect tactile. Une tablette maître gère l’ensemble des travaux et peut envoyer un écran vers le tableau de projection. Celui-ci est en relié à une Apple TV, permettant le streaming via AirPlay.

TNI.jpg

Le projet est pour certaines écoles entré dans sa troisième année. Cela a fait naitre des besoins au-delà de l’équipement et des applications, en particulier, celui de pouvoir sauvegarder les réalisations et les récupérer l’année suivante. Pour cela, un stockage centralisé protégé par mot de passe a été mis en place.

L’organisation

D’après les échanges que l’on a pu avoir avec les professeurs, l’inspecteur d’académie et les intervenants, voici l’organisation choisie.

Chaque élève dispose de sa propre tablette, qu’il retrouve d’un jour sur l’autre en arrivant le matin en classe. Elle est posée sur la table comme l’était l’ardoise auparavant et permet de travailler ponctuellement dans le cadre de différents types d’exercices, que ce soit pour l’entraînement, ou pour valoriser les productions grâce aux applications.

ipad-table.jpg

Par ailleurs, les photos prises permettent de créer un « cahier mémoire ». Une activité déjà possible sans la tablette, en collant des photos dans un cahier, mais la possibilité de les projeter directement facilite ici le partage et l’échange, pour des travaux qui restaient auparavant plus personnels.

papier-et-ipad.jpg

Toujours dans cet esprit de partage et d’échange, le fait de pouvoir afficher les travaux effectués avec la tablette directement sur le tableau offre également un aspect plus collaboratif entre le maître et les élèves. Aux dires des professeurs, cela a renforcé les échanges et modifié la séparation enseignant/élève. Notamment, car ces derniers sont très à l’aise avec l’informatique, parfois autant que le professeur.

Enfin, les possibilités d’envoi et de partage permettent d’envisager des projets collaboratifs étendus : entre différentes classes et même inter-écoles.

tableau-numerique-interactif.jpg

En termes d’évolution et d’adaptation : l’évaluation ainsi que le choix des applis et des méthodes de travail sont réalisés tous les 3 mois via des comités pédagogiques. Les enseignants les plus engagés dans le projet partagent également les apps utilisées avec les autres, tandis que de nombreuses formations ont été mises en place. Au final, seules 2 classes sur 137 n’ont pas complètement adopté la tablette, par manque de temps. Des formations personnalisées sont en place pour ces dernières.

Les iPad de sortie : les "petits reporters du patrimoine"

Mais au-delà de la théorie, il était important de se rendre compte de l’utilisation des tablettes dans un cadre pratique. Nous avons ainsi pu suivre les enfants et leurs iPad lors d’une sortie scolaire. Celle-ci s’inscrit dans le cadre d’un projet intitulé « Les petits reporters du patrimoine ».

film-musee-ecole-ipad.jpg

Dans le cadre de plusieurs sorties autour de Sanary, les tablettes ont été mises à profit pour réaliser photos et vidéos sur place, puis pour réaliser des affiches et vidéos en rapport avec la sortie, une fois de retour à l’école. Chaque école est ainsi en charge de réaliser un reportage, les créations sont ensuite partagées entre les écoles et disponibles pour les familles. Parmi les créations, on peut noter la réalisation d’affiches intégrant des codes QR, qui, lorsqu’ils sont flashés avec l’iPad, permettent de visionner les vidéos créées par les élèves (appuyez sur l’image pour l’afficher en grand format et flashes à votre tour !).

QR-code-affiche.jpg

La sortie du jour était partagée en deux séquences. La première, sur le port de Sanary, a permis de découvrir les « pointus », ces bateaux de pêcheurs colorés caractéristiques du sud de la France.

photo-port-sanary-ipad.jpg

ipad-air-2-ecole-pochette.jpg

port-sanary-ipad.jpg

visite-pointus.jpg

prise-photo-ecole-ipad.jpg

Une visite d’un musée dédié à la plongée complétait la matinée. Les enfants, sages, attentifs et engagés ont longuement filmé et photographié avec leurs iPad.

musee-dumas-sanary.jpg

film-ipad-musee-2.jpg

musee-sanary-ipad.jpg

Après cette sortie, les élèves sont revenus à l’école et ont commencé aussitôt à produire un film de leur sortie. En petits groupes, ils ont choisi les séquences, découpé les photos, mis en commun les images via l’envoi Airdrop et effectué le montage avec iMovie. Tout ceci est intégré et parfaitement maitrisé.

retouche-image-ipad-ecole.jpg

Les visites et le montage en vidéo :

Questionnés sur l’utilisation de l’outil, les enfants sont parfaitement convaincus et ont adopté leur "ardoise numérique". Mais les professeurs des écoles également !

pochette-ipad.jpg

Lorsque l’on pose la question d’éventuels inconvénients, difficile de trouver une réponse parmi le corps enseignant. Il est juste relevé que la tablette n’est pas une baguette magique, qu’il faut se focaliser sur l’apprentissage et pas sur l’outil. Mais celui-ci reste un couteau suisse qui combine de nombreux outils en un (photo, vidéo, son, montage, etc.).

Quel avenir pour ce projet tablette ?

Les enseignants que l’on a pu rencontrer étaient passionnés et convaincus, séduits par les possibilités offertes, mais aussi par la désacralisation du rôle du maître que permet l’outil (par exemple lorsque l’enseignant ne sait pas et cherche avec l’élève tout aussi compétent avec le numérique). Aucun ne souhaite revenir en arrière !

Le projet, qui a démarré sous l’impulsion d’enseignants, va désormais être étendu de la primaire à la maternelle. Mais la suite logique serait également que les élèves puissent conserver ces outils en passant au collège. C’est actuellement en discussion avec le département et l’académie de Nice.

Et les applications ?

Au-delà de l’aspect matériel, le choix des applications est bien entendu crucial dans le cadre d’une utilisation scolaire. Ce sont ainsi plus d’une trentaine d’applications qui sont sollicitées durant les cours ou les activités :

Pour ceux qui veulent découvrir ce qui a été créé avec les tablettes, des vidéos sont disponibles ici sur la chaîne Youtube de l’école Octave Maurel.
Un grand merci aux différents intervenants qui ont gentiment accepté de répondre aux questions, dont Mme Géraldine Gaudino, inspectrice de l’éducation, Mr Bernhard, Maire de Sanary et président de la communauté de commune, mais aussi les enseignants et nombreux intervenants qui ont permis cette rencontre.

Vous aimez ? Partagez !