Suivez-nous

Jeux iPad

Test de Sky Gamblers : le jeu d’avion de Namco optimisé Nouvel iPad (video)

skygamblers-1.jpg Dévoilé lors de la présentation du Nouvel iPad à

Publié le

 

Par

grand coup de “Regardez, c’est aussi joli qu’une console de salon !”,
Sky Gamblers – Air Supremacy
est le premier jeu à être officiellement pensé
pour le Nouvel iPad, c’est à dire qui ne se contente pas d’être qu’un jeu iPad
2 à la résolution augmentée, mais entièrement pensé pour en tirer parti. Notre
verdict est très bon…. Mais de là à affirmer que ce jeu est du niveau d’une
console de salon, il y a un fossé !

Commençons par un coup de gueule : ce n’est pas en sortant des bêtises
aussi énormes que “Regardez ce jeu : c’est aussi beau que le rendu sur une
console de salon !” que les successeurs de Steve Jobs vont garder notre
confiance. Non, Sky Gamblers n’est absolument pas digne d’un jeu sur console de
salon. Comme Infinity Blade ne l’est pas non plus d’ailleurs. Non pas que ces
jeux soient laids, loin de là, ils sont même très jolis, mais nous sommes à un
niveau technique aux alentours de ce qu’était capable une Playstation 2 à ses
débuts en 2000, avec une résolution largement plus fine. Sky Gamblers – Air
Supremacy atteint en effet des niveaux inédits en matière de détail des
graphismes sur iOS, mais la comparaison avec un jeu de “qualité dans la
normale” tournant sur Playstation 3 ou X-Box 360, au hasard Ace Combat 6 (édité
aussi par Namco), permet de voir le fossé qui sépare les consoles. Alors
certes, la définition de l’écran d’un Nouvel iPad est largement supérieure à
celle d’une console de salon aujourd’hui, mais cela ne fait pas tout, loin de
là. Le Nouvel iPad n’est de loin pas encore capable d’afficher autant de
polygones qu’une PS3 et surtout des les gérer simultanément à l’écran.
Aujourd’hui, nous sommes éblouis lorsque nous voyons SoulCalibur (sorti sur
Dreamcast en 1999) ou Gran Theft Auto III (sorti sur PS2 en 2001) tourner à peu
près correctement sur un iPhone ou un iPad. Mais il faudra encore attendre
plusieurs années pour que Bioshock, Dead Space (dans sa version PS3), Rage ou
SoulCalibur V, des jeux de la génération suivante, tournent sur les appareils
d’Apple correctement.

skygamblers-1.jpg

Cette mise au point étant établie, revenons à Sky Gamblers de Namco.
Effectivement, d’un point de vue technique, la finesse du jeu saute aux yeux
dès les premiers instants. L’éditeur a profité de la résolution supérieur de
l’écran du Nouvel iPad et de son processeur plus puissant pour permettre un
terrain de jeu d’une taille impressionnante pour un jeu iOS, au niveau de
détail largement plus élevé que ce que l’on a l’habitude de voir. Les avions en
eux-mêmes et notamment les flammes sortant des réacteurs sont particulièrement
bluffant.

skygamblers-1.jpg

Mais Namco ne s’est pas arrêté là ! Pour moins de 4€, c’est un
véritable jeu d’arcade complet, bourré de modes de jeu, de missions et pourvu
d’un tutorial vraiment complet, qui nous est proposé. La maniabilité sur un
écran tactile reste très particulière et manque toujours de précision par
rapport à une manette, d’autant que Sky Gamblers veut nous proposer un gameplay
assez complet. Mais ce n’est pas grave, on s’y fait tout de même, et le long
tutorial nous prend par la main avec une courbe de progression vraiment
didactique. Le jeu en lui-même est dynamique, bourré de petits effets
sympathiques, et arrive à captiver grâce à une immersion redoutable ! Une
vraie réussite.

On aime :
– Une finesse graphique inédite sur iOS
– Gameplay complet.
– Missions nombreuses.
– Fun.

On aime moins :
– "Du niveau d’une console de salon" : eh non, raté. On en est même encore
très loin !

Vous aimez ? Partagez !

Dernières news

Les bons plans

Tous droits réservés Keleops AG

Apple, le logo Apple, iPod, iTunes et Mac sont des marques d’Apple Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. iPhone et MacBook Air sont des marques déposées d’Apple Inc. MobileMe est une marque de service d’Apple Inc iPhon.fr et son forum ne sont pas liés à Apple et les marques citées sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.