machinariumg.jpg Les point’n clicks (jeux d’aventure à la souris) retrouvent une certaine jeunesse avec l’iPhone et encore plus avec l’iPad. L’écran tactile est sans doute la meilleure interface qui soit aujourd’hui pour relancer ce genre, passé en désuétude principalement à cause de son manque d’ergonomie avec les joypad. Les Chevaliers de Baphomet, Monkey Island, Superbrothers : Sword and Sorcery, font toujours partie des classiques de l’iPad.

Machinarium (ici sur l’App Store) est un jeu indépendant, réalisé dans les pays de l’est, sorti sur PC, Mac et Linux et qui s’est taillé une excellente réputation grâce à ses graphismes uniques, son ambiance magique et ses énigmes très bien senties. Sa sortie ce matin sur iPad 2 uniquement surprend.

Voici le test complet de ce jeu et l’explication :

Ce qui frappe en premier dans Machinarium est la précision des graphismes, entièrement dessinés à la main, au crayon, au fusain, et grâce à toute la palette d’outils non-informatiques qu’un illustrateur peut imaginer. Le niveau de détail et la vie qui s’en dégage est inédit sur iPad, notre tablette étant généralement dominée par une esthétique flash, pixel ou vectorielle. Vient ensuite l’ambiance elle-même. Machinarium se déroule dans un monde futuriste : on démarre dans une ville peuplée uniquement de robots, vivant dans un univers gothico-steampunk paradoxalement mignon et glauque en même temps. On incarne un petit robot expulsé de cette ville et cherchant à y retourner, sans que plus d’explications nous soient donné au départ. Son histoire, nous la découvrirons au fur et à mesure. A partir de là, les tableaux s’enchaînent, à l’instar d’un Gobliiins ou Gobliins 2, c’est à dire bourré de petits objets à ramasser, à combiner, de passages à franchir, d’interactions diverses et amusantes avec les autres personnages de la ville.

machinarium2.jpg

La durée de vie du jeu (4 heures) était considérée comme faible sur PC mais colle parfaitement sur iPad, d’autant que le prix a été divisé par cinq au passage. Cette version ne tourne malheureusement que sur iPad 2 : les captures d’écran sur cette page peuvent paraître figées, mais il n’en est rien, Machinarium est constamment animé et on peut comprendre que les capacités techniques d’un iPad 1 auraient entraîné énormément de ralentissements nuisant à l’expérience de jeu. L’éditeur a refusé de faire une version “light” pour iPad 1, avec des graphismes moins poussés, ce qui peut se comprendre étant donné que l’ambiance esthétique est la moelle épinière du jeu.

machinarium2.jpg

Reste que Machinarium est incontestablement le plus beau jeu que l’on ait vu aujourd’hui sur iPad et qu’il n’a jamais trouvé meilleure plateforme pour reluire. On regrettera quelques petits problèmes de précision dans la maniabilité (rien d’insurmontable) mais c’est presque tout : chaque possesseur d’iPad 2 se doit d’essayer Machinarium.

> Retrouvez Machinarium sur l’App Store (iPad 2, 3.99€)

> Une démo gratuite en flash est disponible sur le site web du jeu.

On aime :

  • La beauté époustouflante des graphismes.
  • La qualité des animations
  • Le sound-design, immersif !
  • Une aventure bourrée d’énigmes et de puzzles
  • Le prix, cinq fois inférieur à la version PC/Mac
  • Une version supérieure à la version PC/Mac car plein écran

    On aime moins :

  • Un doigt ne remplacera jamais la précision d’une souris et on le ressent dans Machinarium.
  • Quelques légers temps de chargement (très courts, 1-2 sec max) là où sur PC/Mac il n’y en a pas. Mais on chipote !
  • Non compatible iPad 1… mais étant donné la richesse du jeu, ça pourrait se comprendre (mais c’est dommage).

Vous aimez ? Partagez !